Saltar al contenido
home restauration

Les bars, en faveur du remplacement des gobelets en plastique par des gobelets en carton, mais sans les éliminer

gobelet en carton

Les propriétaires des magasins de verre de Plasencia sont favorables à la réduction de l’utilisation de gobelets en plastique et de pailles en ce matériau pour d’autres matériaux tels que les gobelets en carton, mais la plupart sont contre la suppression totale de ces gobelets demandée par le client lorsqu’il n’a pas fini sa boisson et qu’il a ou veut quitter le magasin.

Ils affirment qu’ils ne peuvent pas refuser au client de prendre ce qu’il a payé. Le ministère de l’Intérieur recommande leur retrait car il encourage la consommation d’alcool dans la rue et le bruit.

C’est ce qui a été déclaré hier à ce journal à l’issue d’une réunion à la mairie avec les conseillers de l’Intérieur, David Dóniga, des Services municipaux, Luis Miguel Pérez Escanilla et du Tourisme et du Commerce, Belinda Martín, à laquelle a également participé le maire de la Police locale.

Selon M. Dóniga, la raison de la réunion était de leur demander de soutenir la motion récemment approuvée en séance plénière pour réduire la consommation de plastiques. Cependant, comme le maire l’a également déclaré publiquement, le conseil recommande “qu’ils ne donnent rien”, n’importe quel type de verre, car il favorise le non-respect par les clients de la loi qui empêche de boire dans la rue et génère un bruit qui cause des nuisances dans le quartier. Toutefois, le maire a indiqué qu'”on ne peut pas les forcer à les éliminer”.

De San Esteban, Javier Izquierdo, d’Alameda, est favorable à l’utilisation d'”autres matériaux”, mais souligne que “la loi sur la consommation nous oblige à donner au client ce pour quoi il a payé”, ce qui se produit généralement à la fermeture des bars car “une boisson n’est pas bue en deux minutes”. Toutefois, il est bon d’avertir le client de l’interdiction de boire dans la rue, qui est généralement sanctionnée par une amende d’environ 300 euros.

Depuis la rue Patalón, Pablo García, président de l’association des hôteliers de cette zone, et María Aceña s’accordent sur l’utilisation de matériaux plus écologiques, mais sans éliminer les verres. Ils soulignent également que “sur les terrasses, qui sont dans la rue, il est permis de boire et il y a du bruit”. Ils soulignent que “nous devons donner le verre au client parce que s’il ne se fâche pas, mais nous pouvons l’avertir de ce que dit la loi”.